Libye

Les Juifs de Libye pendant la Seconde Guerre mondiale

 

 En 1911, la Libye passa sous l'autorité directe de l'Italie. Les conditions d'existence des Juifs, dans tous les domaines de la vie, en furent nettement améliorées. D'un point de vue démographique, la population juive augmenta de façon significative; le statut des Juif, quant à lui, s'améliora. Les Juifs locaux apprirent l'Italien et s'intégrèrent dans la société italienne.

Dès lors que se forma l'Axe Rome-Berlin, traité d'alliance signé entre Mussolini et Hitler, la situation des Juifs de Libye commença à se détériorer. Bien que l'Italie n'eût pas appliqué les lois de Nuremberg, elle promulgua ses propres décrets antisémites sous le nom de "Manifeste de la race italienne". Ces décrets touchèrent durement les Juifs et entravèrent la poursuite de leur intégration dans la société italienne en Libye. Les aspirations impérialistes de Mussolini et l'état de guerre amenèrent ce dernier à lancer une campagne militaire contre les troupes alliées stationnées en Egypte. Entre 1940 et 1942, des combats eurent lieu sur le sol libyen. La Libye fut bombardée par les Alliés et fut le théâtre d'une opération  militaire terrestre de grande envergure. Cette guerre fut difficile et sanglante et n'aboutît à aucun résultat militaire décisif jusqu'en novembre 1942. La majorité des combats eurent lieu dans la région de la Cyrénaïque, dans laquelle se trouve la grande ville de Benghazi, et où vivaient cinq mille juifs. Ces derniers souffrirent énormément pendant la période de la guerre. Les opérations militaires rendirent la vie des juifs très difficile et ces derniers furent en plus accusés par les italiens de collaboration avec les Alliés et de contribuer ainsi à la défaite de l'Italie. L'occupation de la Libye par les italiens éprouva durement les juifs libyens. Ce phénomène atteignit son apogée avec la déportation de la majorité des Juifs de cette région vers le camp de concentration de Jadu dans le sud de l'Algérie, opération logistique sans précédent et qui fut un coup très dur pour la population  juive. La vie dans le camp de Jadu, administré par les Italiens, était très difficile. Près de 600 Juifs y trouvèrent la mort à la suite d'une épidémie de dysenterie qui frappa le camp. Ce fut une véritable tragédie. Incapable de vaincre les forces britanniques, australiennes, néo zélandaises, indiennes pour ne citer que celles-ci, Mussolini, désespéré, se tourna vers Hitler, qui envoya des forces allemandes dans un dernier effort de gagner la guerre. Les Afrika Korps, sous le commandement  du maréchal Erwin Rommel, livrèrent un difficile combat contre les forces du maréchal Bernard Montgomery. Les combats ne prirent fin qu'en 1942 avec la bataille d'El-Alamein. La défaite italo-allemande à El-Alamein poussa les forces alliées à lancer une opération de grande envergure dans la région qui entraîna la défaite finale des Italiens en Libye et le contrôle du pays par les forces britanniques le 30 janvier 1943. Ainsi, le 30 janvier 1943 marque-t-il la fin de l'occupation italienne de la Libye et les débuts de l'administration britannique dans le pays, administration qui ne fut remplacée qu'après la proclamation de l'indépendance de la Libye. Les Britanniques, comprenant que l'ère du colonialisme était terminée, firent en sorte d'amener les Nations Unies à adopter une résolution sur le statut de la Libye. La présence de soldats juifs dans l'armée britannique contribua de manière significative à la renaissance de la vie juive en Libye. Les soldats juifs aidèrent à la reconstruction du système éducatif, élevèrent le moral de la communauté, firent passer clandestinement des Juifs de Libye en Israël  et encouragèrent les efforts sionistes. Les années qui suivirent la libération de la Libye et précédèrent son indépendance furent des années difficiles pour les Juifs. En novembre 1945, la communauté juive fut victime de pogroms dévastateurs perpétrés par des Musulmans locaux. Ces pogroms, qui firent 135 victimes, conjugués à l'incertitude sur l'avenir des Juifs de Libye, entraînèrent une vague d'immigration clandestine au cours de laquelle près de 10% des Juifs de Libye immigrèrent en Israël, marquant ainsi la fin de la présence juive en Libye.

 

 

PrintTell a friend
Bookmark and Share