תקציר המושב השלישי כנס צפון אפריקה ויהודיה בתקופת מלחמת העולם השנייה, מחקרים חדשים


שנטל מצגר      

צפון אפריקה באסטרטגיה של הרייך השלישי (צ)

Chantal METZGER

 L’Afrique du Nord dans la stratégie du Troisième Reich

 

Quand en 1881, Jules Ferry s’intéresse à la Tunisie, « clef de la maison algérienne », le chancelier allemand Bismarck le laisse faire, il est en effet soucieux de calmer les espoirs de revanche et ne peut qu’encourager « le coq gaulois à user ses ergots dans les sables du Sahara ». Seul en Afrique du Nord, le territoire marocain intéresse, au début du XXème siècle, le Kaiser Wilhelm II, mais l’Allemagne est isolée à la conférence d’Algésiras en 1906 et ne peut imposer son point de vue. Après le coup d’Agadir en 1911, elle monnaye son désistement, mais la France obtient le protectorat du Maroc et le Maghreb est devenu sa chasse gardée.

La perte de son Empire, à l’issue du Premier conflit mondial, attise, en Allemagne, un sentiment de frustration dans quelques cercles politiques, économiques et militaires. Mais Hitler, dès son arrivée au pouvoir, estime l'acquisition de colonies utile à sa politique mais non indispensable. Entre 1933 et 1939, diverses démarches individuelles ou collectives seront tentées, côté allemand, afin de parvenir à des ententes avec des entreprises françaises en Afrique du Nord. Elles ne peuvent aboutir en raison du contexte politique. La politique extérieure du Führer mais également la discrimination pratiquée par les gouvernements successifs de la France à l’encontre des sociétés allemandes empêchent toute véritable coopération.

Lors de la signature de l'armistice franco-allemand, il n’est pratiquement pas question de l’Empire. La Méditerranée reste le domaine réservé de l’allié italien et Hitler ne tient pas à le mécontenter. Il ne s’intéresse qu’à l’Est de l’Europe et l'Empire colonial français ne fait pas partie de ses objectifs à court terme. Son entourage et notamment le Haut Commandement de l’armée ne partagent pas ce point de vue. Mais Hitler impose sa ligne politique. En refusant d'armer les nationalistes du Maghreb, avant et pendant la guerre, il aligne sa politique arabe sur celle de son allié italien et il évite aussi une détérioration de la position du gouvernement de Vichy dans la région. L'intervention des forces allemandes sur le front Sud est en fait imposée au commandement allemand par l'incapacité des Italiens à dominer les rives de la Méditerranée; elle ne répond pas à un plan établi d'avance. Au début de l'année 1941, quand Rommel et l'Afrika Korps arrivent en Afrique du Nord et quand la Kontrollinspektion Afrika vient relayer les Italiens au Maroc, les partisans de la colonisation croient, à tort, avoir gagné le Führer à leur cause. Sur le terrain, dans l'Empire français, hommes d'affaires et hommes politiques envisagent l'exploitation d'une Afrique, prolongement de l'Europe, travaillant dans l'intérêt de l'Europe nouvelle, de l'Europe allemande.

C'est ce système que la Commission d'armistice allemande et surtout le Dr Hemmen cherchent à instaurer, peu à peu, dans les possessions françaises. Des  contrats seront conclus, ils assurent à l'Allemagne, par priorité, le bénéfice des ressources et notamment des matières premières stratégiques de la partie de l'Afrique restée sous souveraineté française, en l'occurrence des possessions d'Afrique du Nord et d'Afrique occidentale française. Entre 1941 et 1942, l’Afrique du Nord est devenue un élément de la stratégie militaire et économique de Hitler. Mais les premiers revers en URSS et le débarquement allié sur les côtes d’Afrique du Nord constituent un tournant de la guerre. Certes, d’importants effectifs allemands se trouvent à présent en Tunisie, mais la présence des Alliés empêche tout contact avec les autres pays d’Afrique du Nord et tout accès aux matières premières stratégiques. La perte de la Tunisie, dernière tête de pont allemande en Afrique, revêt une importance considérable. Seuls restent sur place, après cette incontestable défaite, quelques spécialistes des services de renseignements chargés de retarder le plus longtemps possible un débarquement sur les côtes françaises. L’Afrique du Nord a cessé d’être un élément de la stratégie militaire du Troisième Reich.

 

מרטין קיפרס

תעמולת הרייך השלישי בצפון אפריקה במלחמת העולם השנייה (א)

Dr. Martin Cüppers

Third Reich’s Propaganda in North Africa during Second World War.

 

The anti-Semitic and anti-Western content and the search for Arabian collaborators

 

The topic about the German propaganda in North Africa for the International Conference ‘North African Jewry during the Second World Warwants to analyse the content and the different methods as well as the quantity of National Socialist propaganda towards North Africa. Such an analysis could clarify the German search for Arabian collaboration and the different means to reach it.

Important documents for the topic are to be found in the Political Archive of the Foreign Office in Berlin, in the Federal Archive Berlin and in the Federal Archive – Military Archive in Freiburg. The files in the mentioned Archives document the following background about the German propaganda in North Africa:

-         During the war time, the propaganda tried to reflect the special conditions in the different African countries. The German propaganda experts were concentrated to get estimations about the political and social developments in the region and they observed the change in the mood of the Arabian people. With this knowledge, the orientation of the propaganda was adapted to the special needs in the region.

-         Following the analysis of developments and mentality in the Arabic societies of North Africa, one of the most important topics of German propaganda was the formulation of anti-Semitic and anti-Western attitudes. A large scale of the content can be presented from the historic documents. For the formulation of the propaganda, the Germans yet had some famous Arabian collaborators. They played an important role for the orientation of the propaganda measures.

-         Radio programs, leaflets and flyers were produced and distributed with strong intensity. An overview reflects the dimension of the propaganda campaign.

-         About the efforts of their measures, the National Socialists tried to be well informed. With that knowledge, the propaganda could be diversified and adapted to new requirements.

 

Altogether, the analysis of German propaganda in North Africa during World War II is able to reflect the German military strategies, the relations towards the Arab population and the attitudes against the Jewish life in the different

 

אלי בר-חן

החרם היהודי האנטי-גרמני בצפון אפריקה לאחר עליית הנאצים לשלטון בגרמניה

 

עם עליית הנאצים לשלטון התארגנה יהדות צפון אפריקה הצרפתית להטלת חרם כלכלי על הרייך השלישי. חרם זה התבצע בשני גלים: הראשון החל בראשית 1933 ונמשך עד סוף 1935, והשני החל מיד לאחר פוגרום "ליל הבדולח" ב-9 בנובמבר 1938 ונמשך עד פרוץ מלחמת העולם השנייה. ההרצאה תתמקד בהתארגנותם של יהודי מרוקו כפי שהיא השתקפה בתיעוד משרד החוץ הגרמני: אוסף מסמכים מרכזי שלא זכה עד כה לתשומת לב החוקרים. היא תתאר את התפתחות החרם ותנסה לעמוד על הנזק שהסב לגרמניה. בה בשעה היא גם תבחן את החרם בשני הקשרים רחבים השזורים זה בזה. הראשון הוא מעמדה הקולוניאלי המיוחד של מרוקו לפני ואחרי מלחמת העולם הראשונה. השני נוגע לדפוסי סולידאריות יהודית מודרנית שהתגבשו במחצית השנייה של המאה ה-19. עם כינונם של ארגוני עזרה יהודים בין לאומים ככל ישראל חברים, אגודת אחים וחברת העזרה

 

עמנואל דה-בונו

הדינאמיקה של האנטישמיות בצפון אפריקה ערב מלחמת העולם השנייה (צ)

d’Emmanuel Debono

Les dynamiques de l’antisémitisme en Afrique du Nord à la veille de la Deuxième Guerre mondiale

 

Le Doctorat en histoire que je soutiendrai l’année prochaine (été 2008) à l’Institut d’Etudes politiques de Paris (Sciences-Po) et que j’effectue sous la direction de Monsieur le Professeur Serge Berstein, porte sur la Ligue internationale contre l’antisémitisme de 1927 à 1940 (LICA, actuelle LICRA). Au cours de mes recherches, il m’a été donné de brasser une importante quantité d’archives concernant le phénomène antisémite en Afrique du Nord, dans la colonie algérienne comme dans les deux protectorats du Maroc et de la Tunisie. Jai dépouillé ainsi plusieurs fonds d’archives qui n’ont jamais été exploités à ce jour pour étudier l’antisémitisme : les archives de la Sûreté générale (fonds Moscou, Archives nationales à Fontainbleau), les archives des protectorats (Archives diplomatiques, Nantes), les archives des polices locales (ou d’Etat) et du Gouvernement général d’Algérie (Centre des Archives d’Outre Mer, Aix-en-Provence), les archives de la LICA (fonds rapatrié de Moscou en 2000, Mémorial de la Shoah, Paris). Dans les trois territoires, la LICA implanta en effet de nombreuses sections afin de surveiller et de contrer les manifestations antisémites.

            Mon cadre d’étude est donc antérieur au champ de réflexion du Congrès international qui porte sur les Juifs dans la Deuxième Guerre mondiale et sur la mémoire de la période. Pour autant, il peut paraître pertinent, me semble-t-il, de présenter les dynamiques de l’antisémitisme à l’œuvre en Afrique du Nord, au cours des années 1930, afin d’évaluer la situation des Juifs lorsqu’éclate la guerre, mais surtout lorsque se met en place un antisémitisme d’Etat en octobre 1940. De la nature de ces dynamiques dépend en partie le sort des Juifs pendant la guerre. Ainsi, en Algérie, plusieurs facteurs semblaient réunis pour que survienne un pogrome généralisé, qui ne vint pourtant pas. Il importe donc de définir au mieux les courants à l’œuvre au cours des années d’avant-guerre, ceux qui favorisèrent le développement de l’antisémitisme comme ceux qui, au contraire, le freinèrent, afin de préciser au mieux son ancrage et sa portée réels. Une série de questions peuvent être posées qui doivent guider notre réflexion : quelles sont les différentes tendances de l’antisémitisme en Afrique du Nord dans l’avant-guerre (agents hitlériens, italiens et espagnols / antisémitisme électorale opportuniste / antisémitisme d’une minorité d’ultras / antisémitisme des « nationaux » / antisémitisme des musulmans…) ? Quelles en sont les manifestations concrètes (propagande, boycottage, pogrome, mesures prises par certaines municipalités contre les Juifs…) et les effets véritables ? Quels rôles les activistes antisémites assignent-t-ils aux musulmans dans leurs stratégies ? Quels sont les éléments de résistance à la diffusion de l’antisémitisme (campagnes pour le rapprochement judéo-musulman / actions du Front populaire et d’associations comme la LICA…) ? Quelles attitudes l’Etat français adopte-t-il face au phénomène antisémite ? Etc.

 

Je propose donc un panorama global des courants antisémites qui travaillèrent l’Afrique du Nord à la veille de la Seconde Guerre mondiale, avec un accent particulier sur l’Algérie où l’expression du phénomène fut particulièrement vive. Dans le cadre du Congrès, ce panorama pourrait s’inscrire comme une introduction servant à définir un contexte au moment où l’Europe bascule dans la guerre.

 

Je joins à cet abstract deux articles qui vous fixeront davantage sur la nature de mes travaux actuels :

 

-         Les dynamiques de l’antisémitisme à l’œuvre dans les années 1930, article à paraître dans la revue Archives juives (directeur André Kaspi) en octobre 2007 : l’analyse du phénomène antisémite y est relativement nouvelle puisqu’elle consiste non pas à dresser un tableau intemporel et abstrait de l’antisémitisme au cours de ces années, mais à le resituer dans une chronologie et un environnement précis, et à adopter une approche dynamique utilisant des notions telles que celles de « contacts », de « dérapage », de « contamination », de « basculement » ou encore de « radicalisation »...

 

-         Antisémites européens et musulmans en Algérie après le pogrome de Constantine (1934-1939), article à paraître dans la Revue d’Histoire de la Shoah (directeur Georges Bensoussan) en octobre 2007 : cet article offre un exemple précis d’un travail possible réalisé à partir d’archives peu connues sinon inédites.

 

Espérant que cette proposition retiendra votre intérêt, je reste naturellement ouvert à toutes les suggestions de recadrage de cette communication « hors période », en fonction des problématiques et des attentes propres du colloque.

 

 

הדפסשלח לחבר
Bookmark and Share
כנסים בין לאומיים נוספים
צפון אפריקה ויהודיה בתקופת מלחמת העולם השנייה, מחקרים חדשים
כנס בינלאומי- יהודי המזרח התיכון בצל השואה
Conférence internationale, Mémorial de la Shoah 2012
כינוס בין-לאומי בנושא סוף 1942: נקודת מפנה במלחמת העולם השנייה ובהבנת "הפתרון הסופי"?